Pour le vrai sens des mots

On voit régulièrement qu’utiliser un mot pour un autre peut provoquer la polémique.

Il suffit de se promener sur les réseaux sociaux pour constater que certains sont à la mode, que les internautes s’en emparent, en jouent, les détournent, les retournent contre leur émetteur.

Les mots peuvent autant être nos amis lorsqu’ils nous permettent d’exprimer nos sentiments ou nos réflexions, mais ils peuvent nous trahir si nous les utilisons à mauvais escient.

Le vocabulaire est le reflet d’une personnalité et j’irais jusqu’à dire d’une société ; il peut être une marque d’appartenance à un groupe, un signe de reconnaissance.

L’usage d’un mot renseigne sur la personnalité du locuteur ; on a beaucoup brocardé l’utilisateur de « la poudre de perlimpinpin » et d’autres expressions dites désuètes.

Le temps passe sur nous mais aussi sur les mots…ils vieillissent, on les oublie.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé, dans une chronique, qui paraîtra régulièrement via cet édito, d’entrer en campagne, de militer pour réhabiliter certains mots qui, au fil du temps, ont perdu leur sens originel. On me dira : quelle importance ? On verra que le dévoiement du sens de certains mots en dit long sur notre société, sur notre vision de l’autre.

Commençons par le mot « gentil », qui était utilisé pour qualifier une personne agréable, douce, charmante.  Il est devenu une marque d’ironie, voire de mépris ; en tous cas ce n’est plus un compliment. La gentillesse, qui est une qualité, est devenue un signe de faiblesse, accompagné d’un manque d’intelligence… J’ai cherché si un autre mot était utilisé pour exprimer cette qualité ; je n’en ai pas trouvé ; est-ce à dire que le concept est lui aussi tombé en désuétude ? Je le crains. Il semblerait que notre société préfère l’agressivité plutôt que la douceur. Alors, s’il vous plaît, ne souriez plus d’un air entendu lorsqu’on qualifie quelqu’un de « gentil », enviez-le, imitez-le !!!!
Soyons gentils !!!!!